Le désir de la chirurgie esthétique à parti des médias sociaux

Chirurgie esthétique

Effets de l’utilisation des médias sociaux sur le désir de chirurgie esthétique chez les jeunes femmes

Un grand nombre de recherches ont documenté l’influence des formats médiatiques traditionnels (p. ex., émissions de télévision, publicités) sur la considération des jeunes femmes à l’égard de la chirurgie esthétique. Cependant, on en sait moins sur la façon dont les nouvelles formes de médias, comme les sites de réseautage social, influencent le désir de chirurgie esthétique. La présente étude vise à déterminer si l’exposition à des images représentant des améliorations esthétiques du visage augmente le désir de chirurgie esthétique chez les jeunes femmes. Cent dix-huit femmes, âgées de 18 à 29 ans, ont indiqué qu’elles utilisaient les médias sociaux. Elles ont ensuite été invitées à regarder des images d’améliorations esthétiques du visage ou des images de voyage . Les participantes ont ensuite indiqué leur satisfaction à l’égard de leur apparence, leur humeur et leur désir de subir une amélioration cosmétique. Les résultats ont montré que le visionnement d’images de femmes ayant subi des améliorations esthétiques affectait le désir des jeunes femmes de subir une chirurgie esthétique, surtout si elles passaient beaucoup de temps sur les médias sociaux, suivaient de nombreux témoignages et étaient moins satisfaites de leur apparence. Ces résultats ont des implications pour les parents, les cliniciens et les décideurs politiques pour comprendre comment les habitudes sur Internet, en particulier l’utilisation des médias sociaux, influencent le désir de chirurgie esthétique, y compris les motivations psychosociales qui sous-tendent ces intentions.
Introduction

L’apparence physique est un aspect important de l’identité personnelle et sa relation avec la perception de soi commence tôt dans la vie. Bien que les perceptions de l’attractivité soient guidées par des préférences innées telles que la symétrie et un petit rapport taille/hanches chez les femmes, l’environnement socioculturel peut également influencer les perceptions de l’attractivité. Le modèle d’influence tripartite soutient que les idéaux de beauté sont renforcés et transmis par trois influences socioculturelles primaires : les pairs, les parents et les médias. Ces influences sont médiatisées par deux facteurs, à savoir l’internalisation des idéaux d’apparence et la comparaison des apparences. L’internalisation se produit lorsqu’une personne a accepté les idéaux de beauté de la société et adopte des comportements pour atteindre cet idéal. La comparaison d’apparence concerne les personnes qui s’évaluent et se comparent directement aux autres en fonction de leur apparence. Il est proposé que si une personne intériorise les idéaux de beauté concernant l’apparence (c’est-à-dire ceux qui sont dépeints par les médias ou renforcés par les parents) qu’elle ne peut pas atteindre et/ou qu’elle s’engage habituellement dans la comparaison de l’apparence (par exemple avec ses pairs), cela peut créer des problèmes d’image corporelle tels que l’insatisfaction corporelle. Les médias exercent une forte influence sur les idées que se font les sociétés sur l’image corporelle, c’est-à-dire sur le type de corps que l’on devrait avoir, sur ce que l’on devrait porter, principalement par la transmission de messages axés sur le ” corps idéal ” dans les magazines, les journaux et la télévision. Si les effets des messages médiatiques sur l’image corporelle des femmes ont été examinés à l’aide de diverses formes de médias traditionnels, notamment la télévision et les magazines, on en sait moins sur la manière dont les formes plus récentes, comme les médias sociaux, influencent leurs perceptions.

Pour en savoir plus, veuillez consultez ce lien : http://annuaire.costaud.net/49646-chirurgien-esthetique-docteur-riccardo-marsili.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *