0 7 minutes 2 mois

 

spondylarthrose La spondylarthrose est une maladie héréditaire. Les scientifiques ont établi un lien entre environ 30 gènes et le développement de la spondylarthrose. L’un de ces gènes, HLA-B27, est présent chez environ 90 % des personnes atteintes. Cependant, toutes les personnes possédant ce gène ne développeront pas la maladie. Par conséquent, il n’existe pas de cause unique à la spondyloarthrite.

Symptômes

La spondyloarthrite est un type d’arthrite qui se manifeste à un âge précoce, généralement avant 45 ans. Bien qu’il s’agisse d’une maladie relativement rare, elle est plus répandue dans les populations présentant des taux élevés du gène HLA-B27. Elle se distingue de la polyarthrite rhumatoïde par la persistance d’une réponse inflammatoire qui entraîne un remodelage osseux déséquilibré et une perte osseuse axiale.

Les options thérapeutiques comprennent les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), qui sont efficaces pour traiter la douleur et le gonflement associés à la maladie. Les produits biologiques (anti-TNF et anti-IL-17) sont utilisés chez les patients qui ne répondent pas aux AINS. Les AINS sont une option pour soulager la douleur associée à la spondyloarthrite, tandis que les médicaments antirhumatismaux modificateurs de la maladie (DMARD) sont utilisés pour les articulations sacro-iliaques.

L’examen physique est important pour déterminer si vous souffrez de spondyloarthrite. Le médecin vérifiera votre tension artérielle et votre rythme cardiaque, et procédera à un examen physique pour vérifier la présence de sensibilité. Il examinera vos côtes et votre colonne vertébrale à la recherche de raideurs. Il vous interrogera également sur l’inflammation des yeux, les problèmes gastro-intestinaux et la fatigue. Des examens complémentaires, y compris une IRM, peuvent être nécessaires.

Pour en savoir plus : https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1169833021004075

Traitements

Bien qu’il n’existe aucun remède connu contre la spondylarthrite, les traitements peuvent soulager les symptômes et réduire la douleur. Les AINS, ou anti-inflammatoires non stéroïdiens, peuvent être utilisés pour réduire l’inflammation et atténuer la douleur et la raideur. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont disponibles sous forme de comprimés ou d’injections. Chacun a ses propres effets secondaires et avantages, et doit être évalué par un médecin.

L’effet secondaire le plus courant de ces médicaments est une carence en globules rouges. L’inflammation est à l’origine de ces problèmes, provoquant fatigue, vertiges et essoufflement. La douleur et la fatigue chroniques peuvent avoir un effet négatif sur l’appétit et provoquer des symptômes dépressifs. Les traitements de la spondylarthrite ont un taux de réussite élevé pour les patients qui sont diagnostiqués suffisamment tôt. Toutefois, de nombreuses personnes ressentiront des symptômes bien avant leur apparition.

Chez de nombreuses femmes atteintes de spondyloarthrite, les symptômes peuvent être mal diagnostiqués et des traitements inappropriés sont prescrits. Un traitement inapproprié peut ne pas aider les patients à faire face à la douleur ou à ralentir la progression de la maladie, et peut causer des problèmes de santé inutiles. Malheureusement, les erreurs de diagnostic et les mauvais traitements sont des problèmes très répandus dans le système de santé. Les femmes sont beaucoup plus susceptibles que les hommes de souffrir de spondylarthrite, et les résultats peuvent être désastreux.

Causes

La spondylarthrite est une maladie qui provoque une inflammation des articulations du dos et de la colonne vertébrale. La plupart des cas commencent avant l’âge de 45 ans. Elle est plus fréquente dans les populations ayant une concentration plus élevée du gène HLA-B27. Le psoriasis et la colite sont d’autres manifestations de la spondyloarthrite. Mais quelles sont les causes de cette maladie ?

Un médecin spécialisé dans les maladies rhumatismales effectuera des tests et diagnostiquera la maladie. Des analyses de sang peuvent déterminer si une personne est porteuse du gène HLA-B27, ainsi que des mesures de marqueurs d’inflammation. Des études d’imagerie peuvent également montrer la présence d’une inflammation dans les articulations. Dans certains cas, les symptômes de la spondyloarthrite peuvent être traités à l’aide d’AINS sur ordonnance et d’injections de corticostéroïdes.

Un médecin prescrira très probablement des analgésiques pour aider à gérer la maladie. Si ces médicaments masquent la douleur, ils peuvent également provoquer des effets secondaires et être contre-productifs. Dans les cas graves, la chirurgie est une option viable. Elle peut changer la vie des personnes atteintes de spondylarthrite. Toutefois, il est important de noter que la spondylarthrite n’est pas une maladie incurable.

Voir aussi cette vidéo qui parle de la spondylarthrose :

L’ergothérapie

L’arthrose est le trouble rhumatologique le plus courant et la physiothérapie et l’ergothérapie peuvent aider à soulager les symptômes. Votre thérapeute déterminera quel type de traitement est le plus adapté à votre cas particulier. La chaleur ou la glace ont un effet antidouleur à long terme, mais les patients atteints d’arthrose peuvent bénéficier d’une thérapie par la chaleur avant de commencer un programme d’exercices. La chaleur et la glace sont toutes deux utiles pour réduire l’inflammation et soulager les symptômes, mais le thérapeute se concentrera sur la manière d’effectuer chaque exercice en toute sécurité. L’ergothérapie pour les patients atteints de spondyloarthrite vous aidera à accroître votre mobilité et à prévenir d’autres problèmes articulaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *