Exercices Hallux Valgus

hallux valgus exercice-

Vous pouvez aider votre hallux valgus en effectuant des exercices qui activent votre muscle AbdH. Un exercice en particulier implique TSO, qui active le muscle dans sa phase la plus activante. Pour pratiquer l’exercice d’hallux valgus, vous devez vous asseoir contre un mur, dos contre lui. Ensuite, ramenez votre jambe vers vous et tirez doucement votre gros orteil vers le haut. Répétez vingt fois avec chaque jambe. Ensuite, vous pouvez poursuivre cet exercice jusqu’à atteindre la souplesse souhaitée.

L’exercice TSO est la phase la plus activante du muscle AbdH

Dans cette étude, la phase la plus activatrice du muscle Abdh a été identifiée. Le modèle de fréquence du potentiel d’action de l’unité motrice (MUAP) a été mesuré pour trois phases d’exercice TSO. Le schéma de fréquence était statistiquement différent entre les trois groupes d’exercices, et après la thérapie, la fréquence était plus proche d’un schéma d’interférence. Cette découverte suggère que l’exercice TSO est une méthode puissante pour le traitement de l’hallux valgus, où la phase la plus active de l’AbdH est la plus active.

Les chercheurs ont examiné l’effet des exercices TSO sur le muscle AbdH en utilisant l’électromyographie de surface et l’électroneurographie. De plus, ils ont évalué les fibres motrices des nerfs tibial et sural et mesuré l’amplitude de mouvement de l’hallux. Les chercheurs ont utilisé le système KeyPoint pour mesurer l’activité électrique du muscle AbdH. Ce système utilise des électrodes de surface avec une surface active de 5 mm2.

Marcher pieds nus

L’un des meilleurs exercices pour l’hallux valgus est de marcher pieds nus. C’est un bon exercice pour diverses raisons. Il vous aide à étirer les muscles de votre pied qui adducteur le gros orteil. Ce muscle est raccourci chez les personnes atteintes d’hallux valgus, et cet exercice d’étirement peut vous aider à étirer le muscle. Vous pouvez également acheter des aides à l’étirement pour vous aider à marcher pieds nus.

Je vous recommanderai aussi cet article pour plus d’informations : https://www.cismef.org/page/mesh-descripteur/hallux-valgus

La principale cause de l’hallux valgus est le port du mauvais type de chaussures. Les orteils d’un pied normal sont écartés, tandis que les orteils d’une paire de chaussures western sont étroitement espacés. De plus, porter des bas trop serrés peut aggraver l’hallux valgus. Par conséquent, il est important de porter des chaussures appropriées et d’éviter de porter des chaussures à talons hauts.

Un appareil dentaire

Les “exercices Hallux Valgus” sont un excellent moyen de ralentir la progression de l’hallux valgus. Ces exercices sont basés sur une théorie selon laquelle le renforcement des muscles de l’avant-pied peut aider à réduire la gravité de la déformation et l’empêcher de progresser vers un stade plus grave. Cependant, très peu d’adolescents pratiquent des exercices préventifs. En effet, prévenir l’hallux valgus est plus difficile qu’il n’y paraît.

Malgré les nombreux bienfaits de ces exercices, la première chose à savoir sur l’hallux valgus est sa cause. Une cause fréquente est une faiblesse du muscle abducteur de l’hallux, qui fait dévier le gros orteil vers le deuxième orteil. La déformation peut également être causée par des limitations de la capacité du gros orteil à s’étendre et à la flexion dorsale. Dans ce cas, des mouvements compensatoires peuvent exacerber la déformation.

Des exercices

Pour vous aider avec l’hallux valgus, il existe des exercices que vous pouvez faire pour renforcer les muscles de votre avant-pied. Ces exercices empêcheront l’aggravation des symptômes et vous aideront également à étendre l’amplitude de mouvement de votre articulation. Voici quelques exercices qui peuvent vous aider à renforcer votre pied hallux valgus. Pour commencer, essayez de vous asseoir dos contre un mur. Ensuite, rapprochez votre jambe de vous tout en gardant vos orteils vers le haut. Saisissez le gros orteil et tirez-le vers le haut tout en gardant le reste de vos orteils au-dessus du sol. Effectuez vingt de ces mouvements.

Pour en savoir plus, vous pouvez voir aussi :

Il est préférable de pratiquer ces exercices tous les jours, de préférence deux fois par jour. Ils permettent de renforcer la statique de l’ensemble du pied et de corriger les malpositions associées. L’utilisation d’une entretoise d’orteil ou d’un coussin en forme de beignet aidera à réduire les symptômes pendant la danse. Effectuer des exercices comme ramasser des billes avec vos orteils renforcera les muscles responsables de la correction de la position de votre pied. Vous pouvez également utiliser ces exercices si vous souffrez d’épine calcanéenne ou de fasciite plantaire.

Traitement de la spondylarthrose

spondylarthrose paris

Il existe plusieurs types de traitement de la spondylarthrose. Vous pouvez soit utiliser un programme de physiothérapie ou subir une IRM pour le diagnostic. Si vous souffrez de spondylarthrose, le meilleur traitement consiste à maintenir un poids corporel normal. Les traitements peuvent inclure les AINS, la physiothérapie ou la thermocoagulation. La section suivante fournira des détails sur chacun de ces traitements.

IRM

L’IRM a un rôle clé dans le diagnostic, le suivi et la prise en charge de la spondylarthrose axiale (axSpA). Bien qu’aucune nouvelle technique d’imagerie n’ait émergé au cours de la dernière décennie, des améliorations significatives ont été apportées aux méthodes existantes. Le but de cette revue est de discuter des avantages potentiels de l’IRM pour l’axSpA et des pièges possibles. Lisez la suite pour plus d’informations.

AINS

Les AINS, ou anti-inflammatoires non stéroïdiens, sont couramment utilisés pour le traitement de l’inflammation causée par la spondylarthrose. Bien qu’ils puissent apporter un soulagement temporaire, ces médicaments ont également de graves effets secondaires sur le tractus gastro-intestinal. Par exemple, les AINS diminuent le mucus protecteur produit dans l’estomac, ce qui peut causer des problèmes comme les brûlures d’estomac, la gastrite et les ulcères. Si vous prenez des AINS, parlez-en à votre médecin avant de commencer tout nouveau médicament.

En savoir plus : https://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=spondylarthrite_ankylosante_pm

Physiothérapie

La physiothérapie pour le traitement de la spondylarthrose consiste à adapter les exercices aux besoins spécifiques du patient. Les physiothérapeutes se concentrent sur l’amélioration de la mobilité, la prévention des déformations de la colonne vertébrale et l’amélioration de la fonction globale. Ce traitement consiste principalement en des exercices de renforcement et d’étirement. Les patients sont encouragés à pratiquer ces exercices quotidiennement pour réduire la douleur et améliorer l’équilibre. De plus, l’exercice régulier aidera également à maintenir la mobilité articulaire et à réduire la fatigue.

Thermocoagulation

La thermocoagulation est une procédure ambulatoire qui détruit les tissus et les nerfs pour soulager la douleur. Il est utilisé dans le traitement des battements cardiaques rapides, des tumeurs et des facettes articulaires de la colonne vertébrale. La thermocoagulation des facettes articulaires offre un soulagement significatif de la douleur. La procédure peut être réalisée sous anesthésie locale et peut inclure une sédation intraveineuse pour rendre le patient plus confortable.

Méthodes conservatrices

Les objectifs des méthodes conservatrices pour le traitement du spondylarthrose sont le soulagement de la douleur, l’amélioration de la fonction et la prévention des dommages aux structures neurales. Le traitement conservateur doit commencer par une prise en charge non opératoire et se concentrer sur un cours de physiothérapie de quatre à six semaines. Si une prise en charge non opératoire n’est pas possible, des agents pharmacologiques peuvent être utilisés pour soulager la douleur. Cependant, les analgésiques opioïdes ne sont pas recommandés pour une utilisation à long terme.

Vous pouvez regarder cette vidéo pour plus d’informations :

Mort par spondylarthrose

Bien que les symptômes de la spondylarthrose puissent être légers, la maladie peut entraîner un grand nombre de complications. Ces complications peuvent aller de l’arthrite douloureuse et débilitante à l’ostéoporose, un effet secondaire courant du traitement de la spondylarthrose. Ces complications peuvent inclure des fractures de la colonne vertébrale, l’ostéoporose et même la mort. Bien qu’aucun traitement unique ne soit efficace chez tous les patients, une combinaison de traitements peut améliorer les symptômes.

Exercices pour l’hallux valgus – Avantages et limites

hallux-valgus-

Les exercices pour l’hallux valgus peuvent contribuer à retarder la progression de l’affection, à en limiter la gravité et à accroître la souplesse des articulations. Cependant, ils ne sont pas les seules solutions à l’hallux valgus. En fait, de nombreuses études ont démontré que la pratique d’exercices pour l’hallux valgus peut contribuer à prévenir complètement cette affection. Lisez ce qui suit pour en savoir plus. Cet article décrit les avantages et les limites des exercices TSO pour l’hallux valgus.

Exercice d’écartement des orteils

L’exercice d’écartement des orteils peut être très utile pour les personnes souffrant d’hallux valgus. En étirant et en renforçant les muscles de l’avant-pied, cet exercice peut ralentir la progression de l’hallux valgus. Plus précisément, il permet de diminuer l’angle de l’hallux valgus et d’augmenter la surface de section transversale du muscle abducteur hallucis. Dans cette étude, vingt patients souffrant d’hallux valgus ont été répartis au hasard dans un groupe qui a reçu une orthèse et a effectué l’exercice d’écartement des orteils. Les deux groupes ont été évalués par échographie et radiographie pour mesurer la gravité de l’affection.

L’exercice d’écartement des orteils pour l’hallux valgus peut également contribuer à améliorer la fonction du flexor hallucis brevis, le muscle responsable de la stabilisation de l’hallux. Un FHB faible ou un hallux instable peut également contribuer à l’instabilité du pied. C’est pourquoi les exercices d’écartement des orteils sont recommandés pour une correction précoce de cette affection.

Section transversale du muscle abducteur de l’hallucis

Le muscle abducteur hallucis est un élément clé de l’articulation des orteils, et les exercices qui renforcent les muscles de cette articulation sont essentiels pour maintenir une démarche normale. Les exercices d’hallux valgus sont recommandés aux patients souffrant d’une instabilité de la cheville, comme l’hallux valgus. Ces exercices comprennent la marche, le saut et la course.

Pour en savoir plus, lisez aussi cet article : https://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/DossierComplexe.aspx?doc=hallux-valgus-a-savoir

Une étude a été menée pour examiner les modifications de la surface de la section transversale de l’ischio-jambier abducteur pendant les exercices d’hallux valgus. Vingt-six participants d’un âge moyen de 22,1 ans ont été inclus dans l’étude. Les sujets ont également été mesurés pour déterminer l’angle de leur première articulation métatarso-phalangienne. Dans le groupe HV, l’angle était supérieur à celui du groupe témoin.

Les résultats montrent que les exercices qui ciblent les muscles plantaires intrinsèques du pied activent davantage le muscle abducteur hallucis que les exercices d’abduction. En revanche, les exercices de pied court recrutent davantage l’abducteur hallucis que les exercices d’abduction chez les pieds présentant un hallux valgus. Cependant, d’autres recherches sont nécessaires pour déterminer si les exercices pour pieds courts ont le même effet sur l’ASC de l’abducteur hallucis chez les personnes présentant une déformation.

Angle de l’hallux valgus pendant l’abduction active

Dans une étude menée sur 58 volontaires sains présentant un hallux valgus léger à modéré, l’angle de flexion de l’hallux pendant l’abduction active a été modifié. En outre, la surface de section transversale du muscle abducteur hallucis a été augmentée. Ces résultats soutiennent l’utilisation d’exercices d’écartement des orteils dans les cas légers à modérés d’hallux valgus.

Une étude comparant les effets de divers traitements sur l’angle de l’hallux valgus a été menée. Dans une étude, les sujets se sont assis sur une chaise au-dessus d’une table radiographique et ont adopté un angle de flexion de 90 degrés entre la hanche et le genou. La cheville restait en position neutre. Les auteurs ont ensuite pris des radiographies dorsoplantaires du pied et de la cheville, pendant une abduction maximale du gros orteil.

La cause la plus fréquente de l’hallux valgus est une flexion inadéquate du premier métatarsien. Les femmes portent généralement des chaussures à bouts étroits et à talons hauts. Ces facteurs augmentent la pression sur l’avant-pied et peuvent entraîner une déviation latérale de l’hallux. L’hallux valgus se produit également avec des chaussures fermées. Les orthopédistes doivent être attentifs aux chaussures qui exacerbent cette affection.

Voici une vidéo qui en parle, je vous recommande de regarder cette vidéo explicative sur l’hallux valgus :

Efficacité de l’exercice TSO

Une étude récente a exploré les effets de l’exercice TSO pour l’hallux valgus. Par rapport au groupe témoin non actif, les résultats des exercices ont montré une amélioration des symptômes de l’hallux valgus chez près de la moitié des patients. Cependant, aucun changement significatif n’a été constaté au niveau du nerf tibial ou du CMAP. De plus, il n’y avait pas de différences dans la vitesse de conduction des nerfs après l’exercice TSO par rapport aux participants du groupe de contrôle non actif.

En plus de l’entraînement à la marche, les exercices TSO améliorent l’équilibre en améliorant l’angle hallux valgus. L’entraînement à la marche comprend l’augmentation progressive de la charge au niveau de l’hallux et de la première articulation MTP. Cela peut être réalisé en permettant aux patients d’effectuer une élévation du mollet tout en maintenant une position neutre pour leur gros orteil. D’autres critères incluent le contrôle pelvien de l’abduction et de la rotation externe.

Quelles sont les causes de la spondyloarthrite ?

 

spondylarthrose La spondylarthrose est une maladie héréditaire. Les scientifiques ont établi un lien entre environ 30 gènes et le développement de la spondylarthrose. L’un de ces gènes, HLA-B27, est présent chez environ 90 % des personnes atteintes. Cependant, toutes les personnes possédant ce gène ne développeront pas la maladie. Par conséquent, il n’existe pas de cause unique à la spondyloarthrite.

Symptômes

La spondyloarthrite est un type d’arthrite qui se manifeste à un âge précoce, généralement avant 45 ans. Bien qu’il s’agisse d’une maladie relativement rare, elle est plus répandue dans les populations présentant des taux élevés du gène HLA-B27. Elle se distingue de la polyarthrite rhumatoïde par la persistance d’une réponse inflammatoire qui entraîne un remodelage osseux déséquilibré et une perte osseuse axiale.

Les options thérapeutiques comprennent les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), qui sont efficaces pour traiter la douleur et le gonflement associés à la maladie. Les produits biologiques (anti-TNF et anti-IL-17) sont utilisés chez les patients qui ne répondent pas aux AINS. Les AINS sont une option pour soulager la douleur associée à la spondyloarthrite, tandis que les médicaments antirhumatismaux modificateurs de la maladie (DMARD) sont utilisés pour les articulations sacro-iliaques.

L’examen physique est important pour déterminer si vous souffrez de spondyloarthrite. Le médecin vérifiera votre tension artérielle et votre rythme cardiaque, et procédera à un examen physique pour vérifier la présence de sensibilité. Il examinera vos côtes et votre colonne vertébrale à la recherche de raideurs. Il vous interrogera également sur l’inflammation des yeux, les problèmes gastro-intestinaux et la fatigue. Des examens complémentaires, y compris une IRM, peuvent être nécessaires.

Pour en savoir plus : https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1169833021004075

Traitements

Bien qu’il n’existe aucun remède connu contre la spondylarthrite, les traitements peuvent soulager les symptômes et réduire la douleur. Les AINS, ou anti-inflammatoires non stéroïdiens, peuvent être utilisés pour réduire l’inflammation et atténuer la douleur et la raideur. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont disponibles sous forme de comprimés ou d’injections. Chacun a ses propres effets secondaires et avantages, et doit être évalué par un médecin.

L’effet secondaire le plus courant de ces médicaments est une carence en globules rouges. L’inflammation est à l’origine de ces problèmes, provoquant fatigue, vertiges et essoufflement. La douleur et la fatigue chroniques peuvent avoir un effet négatif sur l’appétit et provoquer des symptômes dépressifs. Les traitements de la spondylarthrite ont un taux de réussite élevé pour les patients qui sont diagnostiqués suffisamment tôt. Toutefois, de nombreuses personnes ressentiront des symptômes bien avant leur apparition.

Chez de nombreuses femmes atteintes de spondyloarthrite, les symptômes peuvent être mal diagnostiqués et des traitements inappropriés sont prescrits. Un traitement inapproprié peut ne pas aider les patients à faire face à la douleur ou à ralentir la progression de la maladie, et peut causer des problèmes de santé inutiles. Malheureusement, les erreurs de diagnostic et les mauvais traitements sont des problèmes très répandus dans le système de santé. Les femmes sont beaucoup plus susceptibles que les hommes de souffrir de spondylarthrite, et les résultats peuvent être désastreux.

Causes

La spondylarthrite est une maladie qui provoque une inflammation des articulations du dos et de la colonne vertébrale. La plupart des cas commencent avant l’âge de 45 ans. Elle est plus fréquente dans les populations ayant une concentration plus élevée du gène HLA-B27. Le psoriasis et la colite sont d’autres manifestations de la spondyloarthrite. Mais quelles sont les causes de cette maladie ?

Un médecin spécialisé dans les maladies rhumatismales effectuera des tests et diagnostiquera la maladie. Des analyses de sang peuvent déterminer si une personne est porteuse du gène HLA-B27, ainsi que des mesures de marqueurs d’inflammation. Des études d’imagerie peuvent également montrer la présence d’une inflammation dans les articulations. Dans certains cas, les symptômes de la spondyloarthrite peuvent être traités à l’aide d’AINS sur ordonnance et d’injections de corticostéroïdes.

Un médecin prescrira très probablement des analgésiques pour aider à gérer la maladie. Si ces médicaments masquent la douleur, ils peuvent également provoquer des effets secondaires et être contre-productifs. Dans les cas graves, la chirurgie est une option viable. Elle peut changer la vie des personnes atteintes de spondylarthrite. Toutefois, il est important de noter que la spondylarthrite n’est pas une maladie incurable.

Voir aussi cette vidéo qui parle de la spondylarthrose :

L’ergothérapie

L’arthrose est le trouble rhumatologique le plus courant et la physiothérapie et l’ergothérapie peuvent aider à soulager les symptômes. Votre thérapeute déterminera quel type de traitement est le plus adapté à votre cas particulier. La chaleur ou la glace ont un effet antidouleur à long terme, mais les patients atteints d’arthrose peuvent bénéficier d’une thérapie par la chaleur avant de commencer un programme d’exercices. La chaleur et la glace sont toutes deux utiles pour réduire l’inflammation et soulager les symptômes, mais le thérapeute se concentrera sur la manière d’effectuer chaque exercice en toute sécurité. L’ergothérapie pour les patients atteints de spondyloarthrite vous aidera à accroître votre mobilité et à prévenir d’autres problèmes articulaires.

Exercices pour l’hallux valgus

hallux valgus exercises

Si vous êtes à la recherche des meilleurs exercices pour l’hallux valgus, vous êtes au bon endroit. Cet article aborde les trois aspects les plus importants à prendre en compte lors de l’exécution de ces exercices : l’activation musculaire, le soulagement de la douleur et la stabilisation. Lisez la suite pour découvrir comment ces exercices peuvent vous aider à surmonter votre douleur d’hallux valgus et à stabiliser votre pied. Vous pouvez même les essayer vous-même pour voir s’ils sont efficaces.

Exercices pour traiter l’hallux valgus

L’utilisation d’exercices simples, comme les étirements et l’écartement des orteils, pour renforcer les muscles de l’avant-pied peut aider à atténuer la gêne et à ralentir la progression de l’hallux valgus. Ces exercices sont particulièrement utiles pour le gros orteil, car ils nécessitent une bonne coordination. Un autre exercice efficace pour le gros orteil est l’extension du premier orteil, qui consiste à soulever le gros orteil et à étendre le reste du pied.

Vous pouvez effectuer ces étirements en vous tenant debout, tout en pliant vos orteils et en fléchissant votre pied. Essayez de les maintenir pendant une à deux minutes pour chaque jambe. Pour tirer le meilleur parti de cet exercice, vous aurez besoin d’un mini rouleau en mousse. Placez-le devant le pied affecté, en vous servant de vos orteils pour le saisir. Ensuite, exercez une pression sur le mini rouleau en mousse avec vos orteils.

Activation musculaire

Heureusement, il existe de nombreux types d’exercices d'”hallux valgus” que vous pouvez pratiquer pour retarder la progression de la maladie. Il existe également des exercices spécifiques qui s’attaquent aux symptômes de l’hallux valgus, comme le soulèvement du gros orteil. Bien que ces exercices soient conçus pour vous aider à vous débarrasser de la douleur associée à l’hallux valgus, ils ne sont pas toujours efficaces.

Grâce à l’électromyographie de surface, les chercheurs ont pu mesurer les effets de l’exercice sur un certain nombre de variables, notamment l’activité musculaire et l’amplitude des mouvements. Cependant, ces méthodes ne sont pas largement utilisées pour tester les exercices, et la plupart des études portent sur les effets des exercices sur des sujets sains. Des chercheurs coréens, par exemple, ont étudié l’effet d’exercices d’activation musculaire chez des sujets sains. Bien que ces exercices se soient avérés efficaces pour améliorer l’amplitude de mouvement de l’articulation de l’hallux, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer s’ils sont efficaces pour traiter l’hallux valgus.

Soulagement de la douleur

Il existe peu d’études publiées évaluant l’efficacité des exercices de l’hallux valgus pour le soulagement de la douleur. Si certaines de ces études n’incluaient pas d’exercices spécifiquement conçus pour l’hallux valgus, d’autres le faisaient. Les exercices pour l’hallux valgus peuvent contribuer à réduire la douleur, à améliorer l’amplitude des mouvements de la cheville et à renforcer les muscles de la plante du pied. Cependant, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer l’efficacité exacte des exercices pour l’hallux valgus.

Tout d’abord, l’hallux valgus est une déformation du pied. Elle se produit lorsque les os de l’avant-pied sont mal alignés, ce qui entraîne une rotation de l’orteil vers l’intérieur. Les os de l’orteil sont en fait constitués de trois os et de deux articulations. Le plus long de ces os est le métatarse. En raison de cette déformation, le gros orteil est déplacé vers l’intérieur et provoque des douleurs.

Pour en savoir plus sur l’hallux valgus :

Stabilisation

Si la chirurgie est la seule solution pour les cas graves d’hallux valgus, la pratique régulière de la gymnastique peut atténuer la douleur et la gêne. Ces exercices ciblent les muscles et les articulations des cuisses ainsi que la rotule et la plante du pied. Ces exercices améliorent également la stabilité anatomique du système musculo-squelettique, éliminant ainsi la nécessité d’un traitement de suivi. Cela permet au patient et au médecin d’économiser du temps et de l’argent.

Pour de meilleurs résultats, ces exercices doivent être effectués deux fois par jour, matin et soir, pendant au moins 14 jours. En renforçant les muscles du pied, ces exercices peuvent corriger les malpositions du pied et améliorer les problèmes de santé associés. Vous pouvez également poser des questions à Ola Nordmann de manière anonyme. Les réponses de cet expert seront publiées ici. Les images de cette page ont été obtenues à partir de Wikimedia Commons 2.0, Creative Commons, Freestockphotos, et de contributions de lecteurs.

Traitements de la spondyloarthrite

spondylarthrose traitement
spondylarthrose traitement

Les thérapies biologiques sont une forme de traitement de la spondyloarthrite. Elles ciblent une cytokine appelée facteur de nécrose tumorale (TNF), qui favorise l’inflammation. Ces thérapies ciblent le TNF présent dans l’organisme, dont les niveaux sont élevés chez les patients atteints de spondyloarthrite. En ciblant le TNF, ces traitements sont capables de réduire l’inflammation et de stopper sa progression.

AINS

Les AINS sont des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens, ou AINS, qui sont utilisés pour traiter la spondyloarthrite depuis des décennies. Ils sont très efficaces pour traiter la douleur, le gonflement et l’inflammation des articulations. Bien que certains effets secondaires aient été signalés, comme un risque accru de développer un cancer, de nombreux patients ont obtenu d’excellents résultats. Tant que vous prenez la dose recommandée, les AINS peuvent contribuer à soulager votre douleur et votre gêne.

Une revue systématique des ECR évaluant les AINS pour la spondylarthrite comprenait 15 questions relatives aux AINS pour le traitement de la spondylarthrite. Ces questions étaient divisées en six sections : efficacité, ampleur de l’effet, sécurité, stratégie de traitement et effets indésirables. Le groupe d’experts a répondu aux questions prédéfinies et a formulé des recommandations pour l’AINS le plus efficace. Les AINS qui répondaient aux critères de l’ASAS20 avaient une efficacité globale supérieure à celle des produits non pharmaceutiques dans le traitement de la spondylarthrite.

Chirurgie

Un diagnostic précoce de la spondyloarthrite est essentiel pour éviter la progression de la maladie. De nombreux prestataires de soins de santé non spécialisés peuvent poser un diagnostic erroné de spondyloarthrite en se basant sur les symptômes de la colonne vertébrale. Un retard dans le diagnostic et le traitement peut entraîner un handicap. Cette directive fournit des conseils aux professionnels de la santé pour reconnaître les symptômes et savoir comment procéder lorsque des patients présentent une spondyloarthrite.

Des thérapies biologiques sont actuellement disponibles pour traiter la spondyloarthrite. En plus des DMARD, les agents biologiques peuvent traiter le rhumatisme psoriasique et la spondyloarthrite indifférenciée. Les thérapies biologiques sont coûteuses et ont des effets secondaires importants. Par conséquent, elles ne sont pas recommandées pour toutes les personnes atteintes de spondyloarthrite. Afin de déterminer si elles conviennent à tous, les patients ayant reçu un diagnostic de spondyloarthrite doivent se faire soigner.

Outre les troubles musculo-squelettiques, la spondyloarthrite peut affecter l’articulation sacro-iliaque. Il existe deux types de spondyloarthrite : la spondylarthrite axiale et la spondylarthrite non radiographique. La principale différence entre ces deux types est que la sacro-iliite est visible ou non sur les radiographies.

Anti-inflammatoires non stéroïdiens

Si les AINS constituent le pilier de la pharmacothérapie, une stratégie plus ciblée peut s’avérer nécessaire pour améliorer l’état général des patients. Les agents biologiques, tels que les inhibiteurs de l’interleukine-17 et les inhibiteurs du facteur de nécrose tumorale-alpha, se sont également révélés prometteurs dans le traitement de la spondylarthrite. Des études observationnelles ont montré que les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) peuvent avoir des effets modificateurs de la maladie chez les patients atteints de spondylarthrite ankylosante, bien que deux essais randomisés récents aient montré qu’ils n’amélioraient pas la progression radiographique de la colonne vertébrale.

Pour en savoir plus aussi, lire aussi : https://www.primomedico.com/fr/cure/spondylarthrose/

Les AINS tels que la prednisone et les stéroïdes sont couramment prescrits pour réduire la douleur et le gonflement dans des endroits spécifiques. Ces médicaments ne sont pas destinés à être utilisés dans tout le corps, mais peuvent être administrés sous forme d’injections quelques fois par an. Les médicaments biologiques sont dérivés d’organismes vivants et aident à bloquer les protéines responsables de l’inflammation. Ces médicaments peuvent être pris par voie orale.

Inhibiteurs de l’IL-17

Il n’y a pas de consensus concernant l’efficacité thérapeutique des inhibiteurs de l’IL-17 dans la spondloarthrite. Si la plupart des recherches se sont concentrées sur l’IL-17A, on sait que d’autres membres de cette famille jouent un rôle important dans l’inflammation et le remodelage des tissus. Par conséquent, des recherches et des développements supplémentaires sont nécessaires pour déterminer lequel de ces inhibiteurs fournira le meilleur traitement pour la spondyloarthrite.

Les inhibiteurs de l’IL-17 constituent une nouvelle classe de médicaments biologiques. Les lésions de la muqueuse articulaire sont fréquentes chez les patients atteints de spondyloarthrite, et l’utilisation d’inhibiteurs de l’IL-17 peut être une option viable. Plusieurs de ces nouveaux traitements sont déjà approuvés par la FDA. Deux de ces médicaments sont le Cosentyx pour le traitement de la SA et le Taltz pour le traitement du PsA.

D’autres membres de la famille de l’IL-17 ont été impliqués dans la pathogenèse de maladies inflammatoires, y compris de multiples affections rhumatismales. Il est intéressant de noter que, jusqu’à récemment, les inhibiteurs du TNF étaient les seuls traitements de l’axSpA. Les inhibiteurs de l’IL-17 ont cependant élargi les options thérapeutiques, et trois autres sont actuellement en cours d’essais cliniques. Mais lequel les patients doivent-ils utiliser ?

La chirurgie de l’hallux valgus

hallux valgus chirurgie

La réparation d’une déformation d’un hallux valgus est l’une des chirurgies orthopédiques les plus courantes dans les pays industrialisés. L’ostéotomie en chevron est une procédure couramment utilisée, mais la récidive ou la sous-correction posent problème chez près de 14 % des patients. Dans un essai randomisé et contrôlé mené dans quatre hôpitaux communautaires de Finlande, Torkki et ses associés ont comparé l’efficacité d’un traitement orthétique et d’une réparation chirurgicale de l’hallux valgus.

Les patients adultes qui ont été adressés à un orthopédiste pour une évaluation de la déformation d’un hallux valgus ont été inclus s’ils présentaient un oignon douloureux, un angle d’hallux valgus ne dépassant pas 35 degrés et un angle intermétatarsien ne dépassant pas 15 degrés. Les critères d’exclusion étaient les suivants : chirurgie antérieure de l’oignon, hallux limitus, maladie rhumatoïde, grossesse, âge supérieur à 60 ans et utilisation d’orthèses fonctionnelles.

Chaque patient a rempli un questionnaire de base qui fournissait des informations sur le trouble du pied et ses effets (par exemple, le temps perdu au travail). Des radiographies en charge des deux pieds ont été réalisées. L’angle intermétatarsien entre le premier et le deuxième métatarsien et l’angle hallux valgus entre le premier métatarsien et la phalange proximale ont été mesurés. Pour recueillir des informations sur la douleur, la fonction et l’alignement, l’échelle d’évaluation clinique de l’hallux-métatarsophalangien de l’American Orthopaedic Foot and Ankle Society a été remplie pour chaque pied.

Les patients ont été randomisés pour ne recevoir aucun traitement (groupe témoin), un traitement par orthèse (une orthèse fonctionnelle du pied) ou une intervention chirurgicale (procédure des chevrons). Après la chirurgie, une attelle d’abduction a été utilisée pendant six semaines, et le port de poids n’était autorisé que sur le talon et le pied latéral. Des questionnaires de suivi ont été demandés à tous les patients à six mois et à un an. A un an, des radiographies des pieds traités chirurgicalement ont été obtenues.

Il y avait 71 patients dans le groupe ostéotomie et 69 patients dans les groupes orthèse et contrôle. À la fin de l’étude, 66 des 71 patients du groupe chirurgical avaient subi la procédure du chevron ; aucun patient de ce groupe n’avait utilisé d’orthèses. Dans le groupe des orthèses, presque tous les patients ont déclaré utiliser leur orthèse pendant environ 5,5 heures par jour, six jours par semaine. En raison de douleurs sévères aux pieds, quatre des patients du groupe témoin ont subi une intervention chirurgicale pendant la période d’étude.

Les patients des groupes chirurgie et orthèse ont déclaré avoir moins de douleurs aux pieds que ceux du groupe témoin. Les problèmes de chaussures étaient les moins fréquents dans le groupe chirurgical. Comme on pouvait s’y attendre, la satisfaction des patients était la plus faible dans le groupe témoin. Le statut fonctionnel et la satisfaction étaient plus élevés dans le groupe chirurgical. Quatre complications chirurgicales, dont une récidive d’hallux valgus, sont survenues au cours de la période de suivi de 12 mois.

Les auteurs ont conclu que le traitement conservateur avec des orthèses, qui a montré son efficacité lors de la visite de suivi à six mois, est raisonnable pour les patients présentant une déformation légère à modérée et une douleur de l’oignon suffisamment grave pour justifier une orientation si les patients souffrant de cette douleur devaient attendre une intervention chirurgicale. Autrement, les résultats dans le groupe chirurgical étaient supérieurs aux résultats chez ceux qui ont reçu une orthèse ou aucun traitement.

Un hallux valgus est également appelé communément un oignon. La croissance anormale se situe au niveau de l’articulation du gros orteil et entraîne sa croissance vers l’intérieur, en direction des autres orteils. L’oignon peut entraîner une déformation anatomique ainsi qu’une bosse douloureuse sur le bord interne de l’orteil. Cette hypertrophie des tissus ou de l’os à la tête du gros orteil provoque des douleurs, des difficultés à marcher et une limitation de l’amplitude des mouvements et de la mobilité.

Raisons de la réparation de l’hallux valgus

  • Soulagement de la douleur
  • Élimination des tissus supplémentaires ou calleux de l’articulation du gros orteil
  • Correction de la déformation de l’orteil
  • Réalignement du gros orteil
  • Rétablissement de la fonction et de l’amplitude de mouvement du gros orteil

Diagnostic

Votre médecin peut établir un diagnostic d’hallux valgus par une observation et un examen physique et visuel. Il peut également recommander une radiographie pour déterminer la gravité de la déformation ou de la lésion osseuse. Dans la plupart des cas, votre médecin ne recommandera une intervention chirurgicale pour l’hallux valgus que si vous souffrez de douleurs chroniques, de difficultés à marcher et d’un manque de capacité à accomplir les tâches quotidiennes normales.

Chirurgie

Il existe plusieurs approches différentes de l’ablation ou de la réparation de l’hallux valgus. Votre chirurgien peut opter pour l’approche qu’il connaît le mieux. L’approche la plus courante consiste à :

  • Faire une incision au-dessus de l’oignon ou de l’hallux valgus.
  • retirer, raser ou ébrécher l’excès de croissance osseuse de la première tête
  • métatarsienne du gros orteil
  • Réaligner ou remodeler la surface articulaire du gros orteil.
  • Fermez l’incision avec des points de suture
  • Enveloppez le pied dans un bandage.

Ce que l’on peut attendre

Après l’intervention chirurgicale visant à retirer l’excroissance, vous devrez peut-être porter une botte spéciale pour faciliter la marche pendant la guérison de l’articulation. Attendez-vous à un certain gonflement pendant les deux mois suivant l’intervention. Vous pouvez généralement compter sur un temps de guérison de six semaines pour que les os guérissent. Pendant cette période, vous aurez probablement une certaine sensibilité, un gonflement et des douleurs. Votre médecin vous prescrira des analgésiques si nécessaire.

Quels sont les signes d’arthrose dans les mains ?

arthrose de mains

Mains douloureuses et enflées ? Des raideurs dans les poignets ? Il est courant de penser que ce sont des symptômes d’arthrite. Bien que 40 millions d’Américains souffrent d’arthrite, celle-ci est beaucoup moins fréquente dans les mains qu’on ne le pense. Au contraire, ce que beaucoup prennent pour de l’arthrite est en fait une tendinite. Examinons la différence entre l’arthrite et les autres affections, les facteurs de risque et les traitements.

S’agit-il d’arthrite dans ma main ou de tendinite ?

L’arthrite et la tendinite peuvent se ressembler, il est donc important de comprendre la différence entre les deux. La tendinite est une inflammation des tendons de votre main due à une blessure ou à un mouvement répétitif. La douleur peut apparaître et disparaître soudainement ou durer quelques jours.

L’arthrite, en revanche, est une inflammation de l’articulation due à une maladie dégénérative de l’articulation. Il existe de nombreux types d’arthrite, mais les formes les plus courantes sont l’arthrose (OA), lorsque le cartilage protecteur de l’articulation se décompose, et la polyarthrite rhumatoïde (PR), lorsque le système immunitaire attaque les articulations. Les premiers symptômes de l’arthrite sont des articulations douloureuses, une sensation de brûlure et une diminution de la fonctionnalité de la main et/ou du poignet.

Types d’arthrite de la main

Arthrite de l’extrémité du doigt

Environ 10 % des personnes développent une arthrite héréditaire dans les articulations du bout des doigts, également appelées articulations interphalangiennes distales.

La pression exercée sur le bout des doigts est similaire à celle que nous exerçons sur nos genoux lorsque nous marchons. C’est pourquoi il est fréquent que les patients présentent de petites bosses sur leurs doigts, appelées ganglions d’Heberden, qui sont en fait de petites excroissances osseuses. Ces bosses ont rarement besoin d’être traitées, sauf si elles ont un impact sur la mobilité du patient.

Arthrite basale du pouce

Près de 25 % des femmes de plus de 50 ans développent une arthrite du pouce. Ce chiffre passe à plus de 50 % chez les femmes de plus de 70 ans. Comme les hommes souffrent rarement d’arthrite du pouce, nous pensons que les ligaments qui maintiennent l’articulation ont des récepteurs d’œstrogènes chez les femmes. Après 50 ans, lorsque les femmes perdent leurs œstrogènes pendant la ménopause, les ligaments s’étirent et l’articulation dégénère.

L’arthrite post-traumatique

L’arthrite post-traumatique est une forme d’arthrose qui survient après une blessure articulaire. Comme l’arthrite se développe progressivement, il est difficile de déterminer avec précision le moment où elle a commencé.

Par exemple, nous voyons beaucoup d’arthrite au poignet due à des fractures non diagnostiquées, en particulier au scaphoïde, ou à des lésions ligamentaires non diagnostiquées. Avec de telles blessures, il est difficile de reconnaître l’arthrite à un stade précoce, car il faut parfois attendre 8 à 10 ans ou plus avant de l’identifier, ce qui explique pourquoi elle est fréquente entre 45 et 60 ans.

Le poignet est sujet à l’arthrite parce qu’il n’y a pas d’attache musculaire ou tendineuse aux huit os du poignet, ce qui signifie qu’il n’y a pas beaucoup de protection contre l’usure quotidienne.

Symptômes de l’arthrite dans les mains

Les symptômes diffèrent légèrement selon le type d’arthrite dont vous souffrez, mais ces différences peuvent nous aider à déterminer la bonne cause sous-jacente. Les symptômes les plus courants sont les suivants :

Douleur dans les mains et les doigts
Gonflement des articulations de la main et du poignet
Raideur des articulations et des mains
Faiblesse des mains

Diagnostic de l’arthrite de la main

Le diagnostic précis de l’arthrite de la main peut être compliqué, et un examen physique ne fournit pas toujours suffisamment d’informations. Nous pouvons recommander une radiographie afin de localiser l’arthrite de la main et d’identifier le stade auquel elle se trouve.

Traitement de l’arthrite de la main

Les spécialistes de la main et du poignet sont à la pointe des approches chirurgicales et non chirurgicales complexes pour diverses pathologies. Nous avons développé des techniques de reconstruction des ligaments et de réparation des tendons fléchisseurs qui font désormais partie du protocole standard dans tout le pays.

Traitements non chirurgicaux

En fonction de vos diagnostics individuels, il existe un large éventail d’options non chirurgicales pour diminuer la douleur et améliorer la dextérité. Les traitements non chirurgicaux les plus courants sont les suivants :

  • Des changements de mode de vie, comme le recours à l’exercice pour améliorer la mobilité.
  • Médicaments pour traiter l’inflammation et la douleur
  • La réduction du gonflement et de la douleur par l’application régulière de glace
  • Des attelles pour réduire la douleur et améliorer la fonction.
  • Injections de stéroïdes pour soulager les symptômes
  • Traitements chirurgicaux

Lorsque les traitements non chirurgicaux ne soulagent pas votre douleur ou n’améliorent pas la mobilité de votre main, il est peut-être temps d’envisager des options chirurgicales. Notre équipe de chirurgie orthopédique vous aidera à comprendre quand la chirurgie est la bonne solution pour vous et quelle procédure répondrait le mieux à vos besoins et à vos objectifs de santé. Les procédures chirurgicales courantes comprennent :

Remplacement d’une articulation

Le remplacement d’une articulation est une option pour les patients qui ressentent une douleur constante due à une articulation endommagée et/ou anormale. Lors d’un remplacement, l’articulation à l’origine de la douleur est retirée et un implant articulaire est inséré à sa place. L’implant peut vous permettre de conserver le mouvement et la fonctionnalité de l’articulation sans douleur. Nos spécialistes de la main vous aideront à décider si cette option est la bonne pour vous.

Fusions articulaires

Avec les fusions articulaires, plutôt que de remplacer l’articulation, nous créons une articulation stable et indolore en fusionnant les os ensemble. Les fusions articulaires soulagent la douleur, mais vous pouvez perdre un peu de mouvement. Notre équipe décidera avec vous si ce traitement répond à vos objectifs en matière de soins de santé.

Fusions articulaires partielles

Les fusions articulaires partielles sont limitées aux patients souffrant d’arthrite dégénérative du poignet. Lors des fusions articulaires partielles, les petits os du poignet sont fusionnés ensemble, ce qui atténue la douleur tout en conservant une certaine mobilité du poignet. Si vous souffrez d’arthrite dégénérative du poignet, ce traitement pourrait être le plus adapté à vos besoins.

Faire une augmentation mammaire à 50 ans

 

augmentation mammaire-50-ans

Quel que soit votre âge, si vous êtes en assez bonne santé pour être opérée, vous pouvez subir une augmentation mammaire. Environ 90 % des femmes se font augmenter les seins dans la vingtaine, la trentaine et la quarantaine, mais un nombre important de femmes se font encore opérer dans la cinquantaine ou plus, bien que leurs objectifs soient souvent différents.

Cette page donne quelques informations de base, mais ne peut pas faire de recommandations en fonction de votre santé et de vos objectifs cosmétiques. Lors de votre consultation, nous pourrons discuter des préoccupations que vous pouvez avoir concernant l’augmentation mammaire à un âge plus avancé.

PROCÉDURE QUI VOUS INTÉRESSE

Nous voulons que vous profitiez au maximum de votre consultation. Dans la mesure du possible, il est préférable de prendre des dispositions pour que les jeunes enfants restent à la maison plutôt que de les faire venir à vos rendez-vous.

L’augmentation mammaire est-elle l’intervention qui vous convient ?

L’augmentation mammaire est une intervention esthétique destinée à augmenter la taille et à améliorer la forme de vos seins à l’aide d’implants mammaires. Si vous cherchez principalement à réduire l’affaissement dû à l’âge, un lifting des seins peut être l’intervention qui vous convient. Vous pouvez avoir besoin d’un lifting si :

  • Vos seins sont affaissés
  • Vous n’êtes pas satisfaite de la position ou de l’orientation vers le bas de vos mamelons
  • Vous êtes satisfaite de la taille de vos seins.

Parfois, une augmentation mammaire avec lifting peut être réalisée si vous souhaitez augmenter le volume et corriger la forme de vos seins.
Si, par contre, on vous a diagnostiqué un cancer, la reconstruction mammaire est la procédure utilisée pour remplacer les seins retirés lors d’une mastectomie.

Augmentation mammaire pour les femmes âgées : Autres préoccupations
Une fois que vous avez déterminé que l’augmentation mammaire est l’intervention qui vous convient, il est important de prendre en compte quelques facteurs supplémentaires pour vous assurer que vous obtiendrez les meilleurs résultats.

Tout d’abord, tenez compte de votre état de santé général. De nombreuses femmes âgées sont dans la meilleure forme de leur vie, mais si vous n’êtes pas en bonne santé, vous pourriez ne pas être une bonne candidate à la chirurgie. Nous vous parlerons de votre état de santé général lors de votre consultation pour nous assurer que vous êtes une bonne candidate à la chirurgie.

Ensuite, considérez la santé de votre peau. La santé de votre peau aura un impact significatif sur la capacité de vos seins à supporter vos implants mammaires. Cela affectera la qualité et la longévité de vos résultats. Tenez également compte des cicatrices et demandez-vous si votre peau semble guérir aussi bien que lorsque vous étiez plus jeune. Nous vous parlerons de la façon dont l’état de votre peau affectera les résultats de votre augmentation mammaire et vous donnerons des conseils sur la façon dont vous pouvez prendre soin de votre peau pour maintenir vos résultats.

Enfin, il est intéressant de considérer l’impact que les implants mammaires peuvent avoir sur vos futurs dépistages du cancer. Les implants mammaires réduisent la visibilité de vos seins lors d’une mammographie, il est donc possible qu’ils retardent la détection du cancer du sein. Cependant, des études ont montré que les implants mammaires n’ont pas d’impact sur la mortalité par cancer – ils n’augmentent pas le risque de cancer du sein et ne diminuent pas les chances d’obtenir des résultats positifs du traitement du cancer. La pose sous-musculaire est recommandée pour améliorer la visibilité de votre tissu mammaire et peut également augmenter le soutien de vos implants mammaires.

Quel que soit votre âge, vous pouvez être une bonne candidate à l’augmentation mammaire. Pour en savoir plus sur cette procédure et savoir si elle vous convient, veuillez contacter un cabinet médicale dès aujourd’hui pour une consultation.

CONSEILS POUR UNE AUGMENTATION MAMMAIRE RÉUSSIE À LA CINQUANTAINE

Les femmes dans la cinquantaine sont confrontées à quelques problèmes particuliers lorsqu’elles se préparent à une augmentation mammaire. Ces conseils vous aideront à assurer votre réussite.

Vous aurez probablement besoin d’un lifting – La plupart des femmes dans la cinquantaine auront besoin d’un lifting des seins. Nous pouvons effectuer cette opération en même temps que votre augmentation mammaire.
Votre date de naissance est moins importante que votre santé – En matière de chirurgie plastique, l’âge n’est qu’un chiffre. Nous nous préoccupons davantage de votre état de santé. De nombreuses femmes dans la cinquantaine sont en assez bonne santé pour subir une augmentation mammaire. Venez à votre consultation prête à discuter de tous les médicaments que vous prenez et de tous les problèmes de santé que vous pouvez avoir.

Comment est votre peau ?

La santé de la peau a souvent décliné à la cinquantaine, ce qui rend l’augmentation mammaire plus difficile. Certaines patientes ont des cicatrices plus facilement qu’avant. Une peau peu élastique peut avoir du mal à supporter de gros implants. Nous examinerons votre peau et ferons des recommandations de traitement qui tiennent compte des changements de qualité de la peau liés à l’âge.

N’oubliez pas vos mammographies

Même avec des implants, vous avez toujours besoin de mammographies. Vous pouvez avoir besoin d’une mammographie avant l’opération et vous devrez suivre les protocoles de dépistage du cancer du sein recommandés après une augmentation mammaire. Prenez soin de la santé de vos seins.

Pour en savoir plus sur comment tout cette procédure pourrait se faire, visiter ces sites web :

  1. https://www.riccardomarsili.fr/chirurgie-esthetique/chirurgie-mammaire/augmentation-mammaire-dual-plan
  2. https://www.docteursarfati.com/
  3. https://www.crpce.com/
  4. https://drderhy.com/
  5. https://www.chirurgie.paris
  6. https://www.dradrianaguzman.com/
  7. https://www.chirurgie-esthetique-vincent-masson.com/

Téléphonie IP avantages et inconvénients

Les avantages de la VoIP

Budget
La téléphonie IP permet à votre entreprise ou à votre domicile de réaliser des économies, car cette technologie partage les réseaux et exploite la bande passante existante. Un seul réseau est nécessaire pour transmettre les données de documentation, les données d’images plates, les données visuelles, les données vocales et autres paquets de données audio. Le réseau ne nécessite qu’un seul fournisseur de services.

La commodité révolutionnaire que ce produit supérieur a apportée sur le marché est que vous pouvez utiliser une connexion à large bande (DSL ou câble) pour passer des appels téléphoniques, d’URL à URL, où que soit le destinataire dans le monde ! Quel est le coût de l’appel téléphonique ? Zéro.

Les appels passés depuis l’origine d’un PC vers un téléphone sont généralement payants, mais neuf fois sur dix, il s’agit d’un tarif plus juste.

Les chefs d’entreprise sont toujours enthousiasmés par les offres de qualité, à valeur ajoutée, qui sont abordables ET permettent à leur entreprise de faire des économies – et c’est pourquoi la VoIP a connu un essor considérable. Vous aurez le sourire jusqu’aux oreilles lorsque vous constaterez des économies allant jusqu’à 50 % par rapport à votre ancienne solution actuelle.

Les systèmes VoIP simplifient également l’administration car il n’y a pas d’exigences de lignes supplémentaires ni de multiples contrats de sous-traitance – un seul compte, une seule facture, beaucoup de commodité.

Flexibilité
Une solution basée sur la VoIP n’est pas une solution universelle. Elle peut être adaptée pour répondre aux besoins des utilisateurs, aux objectifs commerciaux et aux paramètres budgétaires. La seule restriction est la bande passante disponible pour la connexion du système. La bande passante est consommée par le temps utilisé pour chaque appel téléphonique et la régularité des appels.

Si votre entreprise en plein essor augmente ses effectifs, aucun problème. Des téléphones supplémentaires sont facilement ajoutés au système en quelques minutes pour faciliter les appels externes ou les appels internes de l’équipe.

Si votre activité est fortement axée sur le téléphone, par exemple un centre de vente par téléphone ou un centre de service à la clientèle, vous trouverez cette polyvalence et cette simplicité efficaces tout en économisant des coûts et en augmentant la productivité.

Les changements d’agencement des bureaux ne sont plus un cauchemar de câblage lorsque vous ajoutez des effectifs à votre entreprise en pleine croissance. Le protocole du système étant une solution VoIP basée sur le cloud, votre équipe ou vos cadres stratégiques itinérants ne sont pas limités aux lignes fixes du bureau lorsqu’ils ont besoin de passer des appels téléphoniques longs et abordables. Ces appels peuvent être passés à distance depuis une voiture, un point d’accueil ou la maison – une flexibilité infinie.

La flexibilité, la mobilité et le prix abordable font d’un système de communication VoIP une solution évolutive qui peut se développer avec votre entreprise tout en maintenant les coûts au plus bas. Votre équipe efficace peut transmettre des documents contractuels, des images de produits et des vidéos d’instructions aux clients tout en leur parlant au téléphone, depuis leur bureau à domicile. Elle peut également le faire lors d’une réunion de brainstorming en ligne avec des pairs à l’étranger.

Les pandémies et la tendance croissante à la nomadisation numérique ont fait du travail à distance une priorité majeure, de sorte que la flexibilité, la mobilité et le caractère abordable n’ont jamais été aussi importants qu’aujourd’hui. Travaillez de n’importe où (WFA) tout en restant efficacement connecté à votre équipe, vos pairs et vos clients dans le monde entier.

Inconvénients de la VoIP

Comme promis, nous devons aborder les inconvénients de la VoIP afin de vous donner une vue d’ensemble équilibrée lorsque vous choisissez une solution VoIP avec nous. Tout dans la vie a un inconvénient, et ceux de la VoIP peuvent être énumérés comme suit :

Votre entreprise ou votre domicile doit disposer d’une connexion Internet stable.
La vitesse de la connexion n’est pas importante, c’est la latence (décalage, mise en mémoire tampon) qui l’est.
Si vous passez un appel d’urgence, personne ne peut vous localiser car le service est dans le nuage. Un téléphone mobile est le plus facile à localiser ; même un téléphone fixe peut être délicat.

La connexion internet
La VoIP nécessite une connexion de qualité afin de fournir un service de qualité. Si vous disposez d’une connexion Internet fluctuante avec une bande passante très faible, vous n’aurez pas une expérience agréable avec la VoIP.

L’avantage de la VoIP, par rapport à cet inconvénient, est que la VoIP n’est pas gourmande en bande passante, elle n’a donc pas besoin d’une connexion “Rolls Royce”. Pour que la VoIP vous offre un service téléphonique “similaire”, elle a besoin d’un réseau qui ne présente pas de problèmes de latence.

Avec chaque téléphone ou autre équipement que vous ajoutez à la solution, vous devez prévoir une vitesse de téléchargement d’un minimum de 100 kbps par élément. Remarque : il s’agit d’un minimum. Vous devez également être en mesure d’obtenir un ping de 70 ms lors d’un test de vitesse.

Nous pouvons vous aider à effectuer un test de bande passante sur votre réseau.

Latence et décalages
Vos courriels, appels téléphoniques, photos, etc. sont transmis sur l’internet en petits paquets de données, et non en gros morceaux. Cela permet une utilisation plus efficace de la bande passante.

Les paquets de données sont ensuite reconstitués pour créer la voix, la chanson, la photo, etc. On pourrait dire que c’est comme le scénario.

Si ces paquets de données se heurtent à un embouteillage de paquets de données sur l’autoroute de l’internet ou si leur transmission s’embrouille, vous constaterez des décalages ou des mises en mémoire tampon ou recevrez des images déformées et des fichiers incomplets.

Vous ne devez pas immédiatement supposer que la faute incombe à votre réseau. Il peut s’agir du serveur de la destination ou même d’un embouteillage sur un câble national.

 

Voir https://www.3cx.fr/voip-sip/quest-ce-que-la-telephonie-sur-ip/ pour en savoir plus