Maintenir les résultats après une liposuccion

Liposuccion pour un ventre plat

5 façons de maintenir les résultats après une liposuccion

La liposuccion vous a donné les résultats d’amincissement et d’élimination des graisses que vous souhaitiez. Mais maintenant, comment faire pour garder le ventre plat et les bras minces et en forme en même temps sans remettre le lambeau ? Voici cinq façons principales de rester mince, ferme et de maintenir les résultats après une liposuccion.

1. Boire de l’eau

Augmenter la quantité d’eau que vous buvez peut vous aider à perdre du poids tout en le maintenant stable. Pour obtenir les meilleurs résultats, on recommande de boire environ 64 onces d’eau par jour pour perdre du poids et maintenir la perte de poids. Boire de l’eau aide une personne à perdre du poids :

En aidant le corps à brûler plus de calories grâce à une dépense énergétique de calories au repos. Les adultes ont tendance à perdre entre 24 et 30 % de poids en plus après avoir bu de l’eau froide.
En réduisant la taille du corps. Non seulement l’eau potable permet de perdre du poids, mais elle réduit également l’indice de masse corporelle (IMC), le tour de taille et la masse grasse. Ainsi, si vous avez subi une liposuccion pour éliminer la graisse corporelle, l’eau potable peut empêcher cette graisse de s’accumuler.
Boire de l’eau juste avant les repas permet de se sentir plus rassasié et de réduire l’appétit, surtout chez les adultes de 40 ans et plus.
Choisir de boire de l’eau plutôt que d’autres boissons caloriques ; cela aide à maintenir la silhouette et à ne pas prendre de poids.

2. Suivre un régime d’exercice régulier

Vue latérale d’une patiente de l’Aqualipo Liposuction avant et après son intervention

La plupart des personnes qui décident de subir une liposuccion le font parce qu’elles ont déjà perdu du poids, mais qu’elles ont encore des poches de graisse abdominale tenaces. Ces personnes qui travaillent dur savent probablement déjà combien l’exercice physique est important pour perdre du poids et le garder. Il ne faut que deux semaines environ après l’opération pour pouvoir faire un peu d’exercice. Veillez à suivre les conseils de votre chirurgien esthétique sur les exercices autorisés.

Exercices d’aérobic

Votre chirurgien plastique vous recommandera très probablement de vous lever et de commencer à bouger dans les quarante-huit heures suivant votre intervention. Vous devrez écouter les conseils de votre corps pour savoir quand vous aurez fait suffisamment d’exercice au cours des trois premières semaines suivant l’intervention. Vous ne devriez pas reprendre des types d’exercices plus intenses comme l’aérobic et la course à pied avant environ trois semaines après l’opération. Vous devrez commencer lentement et reprendre progressivement des forces pour maintenir les résultats après la liposuccion.

Exercices de résistance

Au cours de la deuxième semaine suivant la liposuccion, la plupart des chirurgiens plastiques permettent à leurs patients de commencer l’entraînement à la résistance. Au début, vous devrez éviter de faire des exercices dans la zone chirurgicale. Mais une fois que la zone opérée est redevenue normale, vous pouvez commencer à faire travailler vos abdominaux ou vos aisselles, en commençant lentement et en augmentant progressivement votre effort. Un élastique et de petits poids sont de bons outils pour prendre l’habitude de faire des exercices de résistance réguliers qui n’ont pas besoin de prendre beaucoup de temps.

3. Évitez un mode de vie sédentaire

En plus des exercices d’aérobic et des exercices ponctuels, vous devez augmenter votre niveau général d’activité pour vous maintenir actif et en bonne condition physique générale. Le fait de trop s’asseoir nuit à votre santé et peut vous faire fléchir dans les zones que vous aimeriez maintenir à plat.

Voici quelques idées sur la manière de lutter contre la sédentarité :

Levez-vous et bougez vos jambes toutes les 20 à 30 minutes environ, même si ce n’est que pour une courte durée. Faites le tour de votre bureau, et parcourez les couloirs.
Levez-vous pour travailler. Prenez un bureau debout.
Levez-vous pour les appels téléphoniques.
Prenez les escaliers au lieu de l’ascenseur.
Levez-vous et faites quelque chose pendant les publicités télévisées. C’est le moment idéal pour faire les exercices de résistance mentionnés ci-dessus.
Limitez le temps passé à regarder la télévision et à utiliser l’ordinateur à des fins récréatives.

Ne soyez pas une patate de canapé. Il n’est pas nécessaire de se lever et de bouger pour continuer à être en forme après une liposuccion.

4. Faites des choix alimentaires sains

Votre liposuccion a permis d’aplanir les zones bombées de votre corps. Ce n’est pas le moment de revenir à de mauvaises habitudes alimentaires et de remettre les bourrelets en place ! Une façon de ne pas prendre de graisse supplémentaire est de suivre un régime alimentaire sain, pauvre en graisse, en sucre et en produits transformés. La bonne nouvelle, c’est que les cellules graisseuses retirées lors d’une liposuccion ne reviendront pas. Mais si vous suivez un régime alimentaire riche en calories et en graisses, vous gagnerez de nouvelles cellules graisseuses aux mauvais endroits et prendrez du poids. Pour une alimentation saine, choisissez des aliments maigres et pauvres en graisses, riches en protéines, des légumes, des fruits et de la viande pauvre en graisses dont les graisses visibles ont été retirées. Assurez-vous que votre alimentation est riche en fibres et privilégiez les méthodes de cuisson comme le gril, l’ébullition et la cuisson au four plutôt que la friture ou l’utilisation de beaucoup de beurre.

Si vous choisissez des aliments sains, les résultats de votre liposuccion seront étonnamment faciles à entretenir. Pour plus de conseils sur une alimentation saine, consultez également la page Votre régime alimentaire.

5. Réduisez votre stress

Le stress reste l’une des principales causes de la prise de poids. Cela signifie que pour éviter la prise de poids, vous devez apprendre à vous détendre.

Le stress augmente les niveaux de cortisol dans l’organisme, ce qui crée un besoin d’aliments malsains de toutes sortes. Certaines études suggèrent même qu’un taux de cortisol élevé réduit le nombre de calories brûlées par l’organisme. Cette réduction peut être causée par la malbouffe consommée pendant les périodes de stress, qui entraîne une augmentation des niveaux d’insuline. Des niveaux d’insuline plus élevés provoquent un stockage accru des graisses, ce que vous voulez éviter si vous avez subi une liposuccion.

Vous pourrez consulter les sites ci-dessous pour en savoir plus :

www.passeportsante.net
fr.wikipedia.org
sante.journaldesfemmes.fr
https://www.riccardomarsili.fr/chirurgie-esthetique/chirurgie-du-corps/liposuccion
https://www.liposucciondouce.fr
https://www.chirurgie.paris
https://drderhy.com

Mastopexie : avantages et risques esthétiques de la levée des seins

augmentation-mammaire-paris--

L’âge, la perte de poids, la grossesse et l’allaitement font que la force de gravité agit sur les seins d’une femme. Ce relâchement, cette flaccidité ou cette chute est très fréquent au fil des ans dans les seins moyens ou grands. Elle peut également survenir après une grossesse, un allaitement ou une perte de poids. La possibilité de repositionner les seins à leur place optimale est la mastopexie, une chirurgie que nous pratiquons pour relever les seins en cas d’affaissement (ptose mammaire), explique un chirurgien d’un hopital à paris, membre des réseaux sociaux et de communication de la Société .

Selon un jeune médecin spécialisé en chirurgie plastique, reconstructive et esthétique et chef de l’unité de chirurgie esthétique d’une clinique dans   la ville de Paris aussi qui dit que c’est une technique chirurgicale très reconnaissante où les femmes retrouvent la sécurité et l’estime de soi lorsqu’elles voient leurs seins rajeunir, avec plus de plénitude, plus de symétrie et une position normale du thorax.

Les chiffres exacts des mastopexies réalisées dans le continent Européen sont difficiles à connaître en raison du grand biais qui peut exister du fait de l’importante intrusion professionnelle qui existe dans notre spécialité, souligne le chirurgien. Les derniers chiffres enregistrés par un instituts de santé et de recherche datent de 2014 et sont les suivants : 2 452 femmes ont subi une mastopexie et 3 970 une mastopexie avec augmentation ; ainsi, environ 6 500 opérations de mastopexie ont été réalisées par an.

En fait, la mastopexie est souvent associée à une augmentation de volume avec les implants mammaires (mammoplastie d’augmentation), puisque le sein est vide, ou à une mammoplastie de réduction dans les cas où le sein est trop gros. Cela peut améliorer le décolleté de la femme, dans le premier cas, et obtenir un résultat plus harmonieux et esthétique, dans le second cas.

Fonctionnement et recouvrement

La durée de cette opération dépend beaucoup de chaque cas, mais on peut dire qu’elle dure entre 2 et 4 heures. Le spécialiste en plastique, reconstruction et clinique de la région parissienne, indique que c’est généralement une intervention peu douloureuse et de caractère ambulatoire (hôpital de jour) qui permet une récupération rapide du patient, avec une incorporation à la vie active entre 5 et 7 jours plus tard. Elle est donc de plus en plus demandée dans nos consultations, atteignant 20 % d’entre elles.

Pour un sujet si important comme la chirurgie des seins, vous ne pouvez pas vous arrêtez sur cette simple technique, lisez aussi : https://independent.academia.edu/augmentation_mammaire

Comprendre l’opération de l’augmentation mammaire

augmentation-mammaire-Paris

Mastopexie avec prothèse

Pour corriger et relever les seins affaissés au moyen d’une mastopexie et pour que le résultat soit optimal, le plus important est que le chirurgien plastique calcule très bien la quantité de peau qui a cédé et qui doit être éliminée, en plus de la graisse accumulée qui peut se trouver au pôle inférieur du sein. Une fois que la quantité de peau à enlever a été déterminée, on choisit la taille de prothèse la plus adéquate pour remplir le sein. Au niveau interne, dans la mastopexie, on utilise la même technique que pour l’augmentation mammaire, en plaçant la prothèse sous le muscle pectoral.

Dans une mastopexie, l’évaluation du chirurgien est basique. Il calcule et dessine le sein avec la patiente debout, en se basant sur son intuition et son expérience pour obtenir un excellent résultat. Pour déterminer la quantité de peau excédentaire à enlever, on prend en compte les différentes mesures, la position du mamelon, le sillon mammaire… Bien qu’il soit important de prendre en compte l’avis de la patiente, le chirurgien ne peut jamais faire l’erreur de faire quelque chose qui ne donnera pas un bon résultat. Par exemple, si le chirurgien plastique considère qu’un T inversé est nécessaire, son avis doit prévaloir sur celui de la patiente, sinon le résultat ne sera pas bon.

Si la patiente a de gros seins, il ne sera pas nécessaire de poser des prothèses. La mastopexie dans ce cas consistera à enlever la peau et à soulever ces seins et, dans certains cas, il sera très utile de réaliser un lipofilling pectoral, en plaçant dans cette zone de la graisse extraite d’une autre partie du corps pour éviter que le pôle supérieur du sein ne soit creux, en obtenant un résultat avec l’effet d’une mini-prothèse.

Voir ce site pour aller plus loin : https://www.recherche-web.com/actu838/actualite-medias/people-celebrites/augmentation-mammaire-par-graisse.html

Il faut tenir compte du fait qu’une prothèse mammaire n’entraîne pas par elle-même une élévation du sein tombé, elle ne se produit que chez les personnes où la chute est très légère et où il n’y a plus de peau.

Augmentation mammaire : prothèses rondes ou anatomiques ?

Quant à leur forme, il existe deux grands types de prothèses mammaires : rondes ou anatomiques. Dans la plupart des cas, le résultat de l’augmentation mammaire est meilleur avec la prothèse ronde car le silicone d’une prothèse anatomique est beaucoup plus rigide pour maintenir sa forme, donc son toucher est plus dur et moins naturel.

Un autre risque supplémentaire d’une prothèse anatomique est que, même après un certain temps après l’opération d’augmentation mammaire, elle peut se retourner dans la capsule elle-même, générant une déformation et provoquant le croisement des mamelons. Même si la rotation est légère, l’aspect du sein est étrange, donc la seule solution dans ces cas est d’intervenir à nouveau pour retirer la prothèse anatomique et la remplacer par une prothèse ronde.

En savoir plus aussi : https://www.santiane.fr/mutuelle-sante/guides/prix-implants-mammaires

Le désir de la chirurgie esthétique à parti des médias sociaux

Chirurgie esthétique

Effets de l’utilisation des médias sociaux sur le désir de chirurgie esthétique chez les jeunes femmes

Un grand nombre de recherches ont documenté l’influence des formats médiatiques traditionnels (p. ex., émissions de télévision, publicités) sur la considération des jeunes femmes à l’égard de la chirurgie esthétique. Cependant, on en sait moins sur la façon dont les nouvelles formes de médias, comme les sites de réseautage social, influencent le désir de chirurgie esthétique. La présente étude vise à déterminer si l’exposition à des images représentant des améliorations esthétiques du visage augmente le désir de chirurgie esthétique chez les jeunes femmes. Cent dix-huit femmes, âgées de 18 à 29 ans, ont indiqué qu’elles utilisaient les médias sociaux. Elles ont ensuite été invitées à regarder des images d’améliorations esthétiques du visage ou des images de voyage . Les participantes ont ensuite indiqué leur satisfaction à l’égard de leur apparence, leur humeur et leur désir de subir une amélioration cosmétique. Les résultats ont montré que le visionnement d’images de femmes ayant subi des améliorations esthétiques affectait le désir des jeunes femmes de subir une chirurgie esthétique, surtout si elles passaient beaucoup de temps sur les médias sociaux, suivaient de nombreux témoignages et étaient moins satisfaites de leur apparence. Ces résultats ont des implications pour les parents, les cliniciens et les décideurs politiques pour comprendre comment les habitudes sur Internet, en particulier l’utilisation des médias sociaux, influencent le désir de chirurgie esthétique, y compris les motivations psychosociales qui sous-tendent ces intentions.
Introduction

L’apparence physique est un aspect important de l’identité personnelle et sa relation avec la perception de soi commence tôt dans la vie. Bien que les perceptions de l’attractivité soient guidées par des préférences innées telles que la symétrie et un petit rapport taille/hanches chez les femmes, l’environnement socioculturel peut également influencer les perceptions de l’attractivité. Le modèle d’influence tripartite soutient que les idéaux de beauté sont renforcés et transmis par trois influences socioculturelles primaires : les pairs, les parents et les médias. Ces influences sont médiatisées par deux facteurs, à savoir l’internalisation des idéaux d’apparence et la comparaison des apparences. L’internalisation se produit lorsqu’une personne a accepté les idéaux de beauté de la société et adopte des comportements pour atteindre cet idéal. La comparaison d’apparence concerne les personnes qui s’évaluent et se comparent directement aux autres en fonction de leur apparence. Il est proposé que si une personne intériorise les idéaux de beauté concernant l’apparence (c’est-à-dire ceux qui sont dépeints par les médias ou renforcés par les parents) qu’elle ne peut pas atteindre et/ou qu’elle s’engage habituellement dans la comparaison de l’apparence (par exemple avec ses pairs), cela peut créer des problèmes d’image corporelle tels que l’insatisfaction corporelle. Les médias exercent une forte influence sur les idées que se font les sociétés sur l’image corporelle, c’est-à-dire sur le type de corps que l’on devrait avoir, sur ce que l’on devrait porter, principalement par la transmission de messages axés sur le  » corps idéal  » dans les magazines, les journaux et la télévision. Si les effets des messages médiatiques sur l’image corporelle des femmes ont été examinés à l’aide de diverses formes de médias traditionnels, notamment la télévision et les magazines, on en sait moins sur la manière dont les formes plus récentes, comme les médias sociaux, influencent leurs perceptions.

Pour en savoir plus, veuillez consultez ce lien : http://annuaire.costaud.net/49646-chirurgien-esthetique-docteur-riccardo-marsili.html

Ce qu’il faut savoir sur la blépharoplastie

Blépharoplastie

Qu’est-ce que la blépharoplastie ?

La blépharoplastie est une chirurgie plastique qui consiste à enlever l’excès de peau, de muscle et de graisse des paupières, en plus de positionner les paupières correctement, de façon à éliminer les rides qui donnent un aspect fatigué et vieilli.

Cette chirurgie peut être effectuée sur la paupière supérieure, la paupière inférieure ou les deux et, dans certains cas, le botox peut être appliqué en même temps qu’une blépharoplastie pour améliorer les résultats esthétiques ou un lifting peut être effectué pour rendre le visage plus jeune et plus beau.

L’opération dure entre 40 minutes et 1 heure, sans qu’il soit nécessaire de rester à l’hôpital et les résultats peuvent être vus 15 jours après l’opération, cependant, le résultat définitif peut être remarqué après 3 mois.

Quand l’exécuter

La blépharoplastie est normalement réalisée à des fins esthétiques, étant généralement indiquée dans les cas de flaccidité des paupières ou lorsqu’il y a des poches sous les yeux, provoquant l’apparition de fatigue ou de vieillissement. Dans la plupart des cas, ces situations se produisent chez les personnes de plus de 40 ans, mais l’intervention peut également être effectuée sur des patients plus jeunes lorsque le problème est causé par des facteurs génétiques.

Comment elle est réalisée

La blépharoplastie est une intervention simple, qui dure entre 40 minutes et 1 heure, et qui est effectuée dans la plupart des cas sous anesthésie locale par sédation. Cependant, certaines personnes préfèrent que l’intervention soit effectuée sous anesthésie générale.

Pour réaliser l’intervention, le médecin délimite la zone où l’opération sera effectuée, qui peut être dans la paupière supérieure, dans la paupière inférieure ou dans les deux. Ensuite, il fait des coupes dans les zones délimitées et enlève l’excès de peau, de graisse et de muscle et suture la peau. Le médecin applique ensuite des stéri-bandes sur la suture, qui sont des bandes qui collent à la peau et qui sont indolores.

La cicatrice produite est simple et fine, étant facilement cachée dans les plis de la peau ou sous les cils, n’étant pas visible. Après l’intervention, la personne peut rester à l’hôpital pendant quelques heures jusqu’à ce que l’anesthésie se dissipe et qu’elle reçoive son congé à la maison avec quelques recommandations à suivre.

Complications possibles

Après l’opération, il est normal que le patient ait le visage gonflé, des taches violettes et de petits bleus qui disparaissent généralement après 8 jours de l’opération. Bien que cela soit rare, une vision floue et une sensibilité à la lumière peuvent se produire pendant les 2 premiers jours. Pour accélérer le rétablissement et permettre à la personne de reprendre plus rapidement ses activités quotidiennes, il est recommandé de faire de la physiothérapie dermato-fonctionnelle pour combattre l’enflure et éliminer les ecchymoses.

Parmi les traitements qui peuvent être utilisés, citons le drainage lymphatique manuel, le massage, les exercices d’étirement des muscles du visage et la radiofréquence en cas de fibrose. Les exercices doivent être faits à la maison 2 ou 3 fois par jour devant un miroir afin que la personne puisse voir ses progrès. Quelques exemples sont l’ouverture et la fermeture des yeux fortement mais sans former de rides et l’ouverture et la fermeture d’un œil à la fois.

 

Pour plus d’information sur la médecine esthétique, veuillez visiter ce site : http://www.choixdunet.fr/docteur-riccardo-marsili-paris-15395_1_1.html

Ce qu’il faut savoir à propos de la rhinoplastie

rhinoplastie

Vous envisagez une rhinoplastie ? Voici ce que vous devez savoir

La rhinoplastie – souvent appelée  » rhinoplastie  » – n’est pas seulement une intervention esthétique visant à améliorer l’apparence de votre nez. C’est une opération chirurgicale et non sans risque. C’est pourquoi le choix du meilleur chirurgien est important. Ici, un chirurgien plasticien, explique ce que vous devez savoir et quelles questions vous devez poser pour vous assurer d’obtenir les résultats que vous voulez.

Il est important de choisir le bon chirurgien de rhinoplastie

Bien que la rhinoplastie soit une intervention esthétique courante, de nombreux chirurgiens plasticiens choisissent de ne pas la pratiquer parce qu’elle présente de nombreux défis. Dans le nez, la forme et la fonction sont intimement liées. Un changement cosmétique dans la structure du nez peut avoir des effets indésirables sur la respiration. En même temps, des techniques chirurgicales spécifiques conçues pour améliorer la respiration nasale peuvent affecter l’apparence — pour le meilleur ou pour le pire.

Par conséquent, un petit pourcentage de chirurgiens effectuent une grande partie des rhinoplasties.

Combien coûte une rhinoplastie ?

La réponse dépend des raisons pour lesquelles vous voulez ou avez besoin de la chirurgie. La chirurgie est considérée comme élective et n’est pas couverte par les assurances si elle est effectuée pour corriger l’apparence du nez. Il peut s’agir de réduire une bosse sur l’arête de votre nez ou d’en ajuster la forme ou la taille.

Votre régime d’assurance peut couvrir une intervention  » fonctionnelle  » s’il y a un problème médical, comme une obstruction nasale, ou si la chirurgie est nécessaire pour corriger des problèmes de respiration. S’il y a des problèmes fonctionnels et d’apparence, une partie de l’intervention peut être couverte par l’assurance et une autre partie peut ne pas l’être. Voici un aperçu des conditions médicales qui peuvent être corrigées par la chirurgie :

Déviation du septum. Le septum est une feuille cartilagineuse qui sépare les côtés droit et gauche du nez. La cloison nasale est rarement parfaitement droite pour qui que ce soit. Une  » déviation  » est une courbure de la cloison nasale. Lorsque le septum se plie de façon importante d’un côté ou de l’autre, il peut bloquer le passage de l’air d’un côté ou des deux côtés, ce qui rend la respiration difficile.
Turbines gonflées et élargies. Les turbines sont les humidificateurs du nez. Ils sont constitués principalement de muqueuse nasale, de sorte qu’ils gonflent périodiquement en réaction à l’environnement (p. ex., les allergies) ou à la position. Par exemple, si vous êtes couché sur le côté, vous remarquerez peut-être qu’il devient plus difficile de respirer par la narine du côté  » bas « . C’est l’effet de l’enflure normale des cornets. Parfois, l’élargissement chronique des turbines peut obstruer un côté ou les deux. Cette condition peut être traitée médicalement mais peut nécessiter une chirurgie pour la soulager.
Rétrécissement ou effondrement de la voûte du milieu. « L’effondrement est une faiblesse de la voûte du milieu ou des parois latérales du nez. Cela les fait tomber vers l’intérieur avec une inhalation profonde. Vous connaissez peut-être les bandes adhésives que les athlètes portent sur le nez pour maintenir les voies nasales ouvertes. Ces dispositifs aident à prévenir l’affaissement des parois latérales du nez lors de l’inhalation.

 

Le Botox contre les signes du temps

C’est en 2003 que le Botox a été autorisé en France pour le traitement des rides de la glabelle. Puis, en 2013, à Paris, le botox s’essaie avec succès sur les pattes d’oie.
Le Botox est une marque déposée d’une toxine produite par la bactérie Clostridium botulinum. En grande quantité, cette toxine cause le botulisme. Bien que l’une des complications les plus graves du botulisme soit la paralysie, les scientifiques ont découvert un moyen de l’utiliser à des fins thérapeutiques. Ainsi, d’infimes quantités diluées sont injectées directement dans des muscles spécifiques, ce qui entraîne un affaiblissement contrôlé des muscles. Le Botox agit en réduisant l’activité musculaire en bloquant les impulsions nerveuses qui provoquent la contraction des muscles plissant au moment où on fronce les sourcils. Le Botox est approuvé pour le traitement temporaire des rides du lion. Le Botox est une protéine purifiée dérivée de la bactérie Clostridium botulinum.

Botox et rides du front

Les rides du front sont l’un des premiers signes révélateurs de l’âge, et il est impossible de les éviter en vieillissant. La grâce salvatrice est qu’il existe des solutions pour ces rides.  Juvederm et Botox sont les deux produits les plus connus sur le marché aujourd’hui pour aider à combattre les signes des rides,mais ces deux produits sont radicalement différents. Le Botox est un médicament qui paralyse partiellement les muscles. Par conséquent, n’étant pas renforcée par une contraction musculaire continue, la ride s’estompe. Les combleurs dermiques, par contre, et comme leur nom l’indique, comblent les rides existantes.

Quel est le meilleur choix ?

La perte du tonus facial est une autre raison pour laquelle les femmes paraissent plus âgées. Au fil du temps, tous les adultes commencent à perdre du volume dans le visage. Et c’est ce manque de volume qui provoque l’affaissement de la peau. C’est à ce moment que les produits de comblement dermique et le Botox entrent en ligne de compte.

Comment le Botox peut-il aider à atténuer les rides profondes du front ?

Le Botox est une toxine qui, lorsqu’elle est injectée, paralyse le muscle. Le sérum détend le muscle, éliminant ainsi la ride. Les remplisseurs dermiques couvrent l’espace sous les lignes.
Les rides du front sont l’un des soucis les plus courants des femmes et des hommes. Dans le monde de la chirurgie plastique et de la dermatologie, il existe toute une gamme de traitements pour obtenir une peau lisse et ferme sur le front.

Les raisons qui provoquent les rides du front sont multiples, allant de l’utilisation des muscles du visage à une perte d’élasticité de la peau qui survient avec l’âge. La cause principale des rides frontales est l’activité du muscle frontalis qui surélève les sourcils et provoque donc des rides frontales. Le muscle autour de l’œil influe également sur les rides du front lorsqu’il se ferme. Les médecins parlent de rides radiales, y compris pour les pattes d’oie, les rides du front et le dessus des sourcils. Comme l’attestent de nombreuses personnes à peau mature, l’âge est évidemment un facteur important. Avec le temps, l’excès de mouvement, la gravité et le relâchement cutané, la formation de rides est inévitable.

Quelles sont les options de traitement disponibles pour combattre les rides du front ?

Le Botox est un le meilleur produit pour atténuer les rides du front. Le Botox empêche le muscle de travailler et donc il bloque les rides. Avec le temps et l’exposition au soleil, le muscle se contracte et cause des rides, mais le Botox les adoucit. Les femmes peuvent avoirs recours à des liftings des sourcils. Pour cet acte chirurgical, le médecin pratique de petites incisions dans la racine des cheveux.

Les neuromodulateurs, groupe d’injections cosmétiques qui comprend le Botox, sont des traitements de choix pour les rides du front. La FDA a approuvé un tel usage à la fin des années 1980 après avoir découvert que le Botox pouvait arrêter des maladies comme le blépharospasme (clignement incontrôlé) et le strabisme. Les médecins s’appuient sur le Botox depuis des années pour traiter avec succès les rides.